Achetez des livres de Richard Wurmbrand

Vous pouvez acheter ces livres:
• Rue des Juifs
• La femme du Pasteur
• Si j’avais trois minutes
• Croire pourquoi

Prix 20 $ plus 10 $ de frais poste et de manutention, pour chacun de ces titres. Téléphonez au 450-967-7792

Faites un Don maintenant !

Vous pouvez effectuer un don de (minimum 20,00 $ s.v.p.) à l’Aide aux Églises Martyres en cliquant sur le bouton PayPal « Faire un don » ci-dessous.

Calendrier

octobre 2018
L M M J V S D
« Avr    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Matin de Pâques

Les femmes qui, à l’aube, se rendent au sépulcre, portant des aromates, se disent entre elles: «Qui nous roulera la pierre?» Car une pierre, qui est «très grande», obstrue l’entrée du tombeau. Selon tout calcul humain, il est improbable que les femmes puissent atteindre le corps du Seigneur.

Souvent Jésus semble emprisonné dans mon âme et réduit à l’impuissance, comme il l’était dans le sépulcre avant la Résurrection. La lourde pierre de mon péché le maintient en cet état. Combien de fois j’ai désiré voir Jésus se lever en moi, dans sa lumière et dans sa force! Combien de fois j’ai essayé de rouler la pierre, – mais en vain! Le poids du péché, le poids de l’habitude étaient trop forts. Je me disais, presque sans espoir: «Qui me roulera la pierre?»

Les femmes, néanmoins, sont en route vers le tombeau. Leur démarche est un pur acte de foi. Cette foi – cette folie – aura sa récompense. Je dois moi aussi, persister dans la folle espérance que la pierre sera enlevée.

Mais les femmes allant au tombeau n’ont pas les mains vides. Elles portent les aromates achetées pour l’embaumement du corps de Jésus. Si je désire que la pierre soit ôtée de mon âme, je dois – au moins comme un signe, un gage de ma bonne volonté – apporter quelque chose. Ce sera peut-être très peu, mais ce doit être quelque chose qui me coûte, quelque chose qui soit de la nature d’un sacrifice.

Et voici: les femmes trouvent que la pierre, à l’entrée du sépulcre, a été ôtée. Elle a été ôtée d’une manière qu’elles ne prévoyaient pas. «Il y eut un grand tremblement de terre; un ange du Seigneur descendit du ciel et vint rouler la pierre». Pour ôter la pierre, il ne faut rien de moins qu’un cataclysme. Il n’eût pas suffi d’une poussée, d’un rajustement partiel. De même, la pierre qui semble immobiliser et paralyser Jésus dans mon âme ne peut être enlevée que par un tremblement de terre, c’est-à-dire par une violente catastrophe intérieure, par un changement radical et total. Il faut qu’une secousse fulgurante m’ébranle. Jésus ne ressuscite en moi que si celui que j’étais cesse d’être, faisant place à l’homme nouveau. Non une retouche, une mise au point, mais une mort et une naissance.

Théophore

Pensée

C’est en vain que nous chercherons à bâtir si Dieu n’est pas avec nous, s’il n’est pas l’architecte, s’il ne conduit les travaux, donne le plan, choisit ses ouvriers et ne commande tout lui-même. Une seule pierre mauvaise ou mal placée peut ébranler l’édifice.

Antoine Chevrier

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>